Maroc : SMESI-OCP (ouvriers mineurs syndiqués à l’U.M.T. détenus politiques) par ALI FKIR

Publié le par Le Blog - la Voix Des Travailleurs - V.d.T.

Maroc : SMESI-OCP (ouvriers mineurs syndiqués à l’U.M.T. détenus politiques) par ALI FKIR

 

Les victimes toujours en prison

 

De nouveau, le procès des 15 détenus à la prison de Khouribga (13 ouvriers et 2 sympathisants syndiqués à l’UMT) est reporté au 24 mai 2010.

 Rappelons que ces victimes de l'arbitraire ont été arrêtées le jeudi 22 avril 2010 suite à une marche pacifique organisée par les 850 mineurs licenciés abusivement par l'OCP.

  Ces centaines de prolétaires travaillaient à SMESI (filiale 100% de l'OCP) depuis des années; l'OCP les a licenciés en été 2009 pour les contraindre à travailler dans le cadre du CDD, et cela suite surtout à leur décision de s'organiser dans le cadre du syndicat UMT.

Signalons par ailleurs qu'au Maroc, les travailleurs dans le cadre CDD ne sont pas admis dans les syndicats, et qu'ils ne bénéficient d'aucun droit social (ni sécurité sociale, ni assurance-maladie, ni mutuelle.... ) et que le salaire ne dépasse pas les 2/3 du SMIG. Signalons aussi que le SMIG mensuel au Maroc est d'environ (Deux mille dh) 2 000 dh (moins de 200 euros), et qu'il reste théorique car la majorité des travailleurs et surtout des travailleuses touche moins que le SMIG (agriculture, textile, conserverie... et surtout dans le tertiaire).De même, signalons que le nombre maximum d'heures de travail par semaine est fixé à 44 heures, mais dans la réalité des millions de travailleurs triment 54 heures par semaine (10*5 + 4) et que les heures supplémentaires ne sont pas rémunérées comme l'exige la loi en vigueur.

 La plupart des entreprises étatiques se comptent parmi les milliers d'entreprises qui piétinent délibérément le code de travail en vigueur. L'OCP (le premier groupe économique marocain en fait partie).

 Ces dernières années les ministères font appel à l'intérim et cela dans des conditions illégales. A Mohammedia, le ministère de l'éducation nationale fait appel à une société d'intérim pour les gardiens des établissements scolaires:

6 jours de travail par semaine (de 7h du matin à 19h sans interruption) , pas de CNSS, pas d'assurance- maladie, pas de mutuelles... pas de congé annuel et cela pour un salaire de mille six cents dh (1 600 dh) (moins de 160 euros): le ministère paie à la société deux mille huit cent dh (2 800 dh), celle-ci reverse au salarié mille six cent dh (1 600 dh) et garde mille deux cent dh (1200 dh).

 

     Ne restons pas indifférent devant cet arbitraire, devant cette surexploitation capitaliste.

 

                            Ali Fkir, coordinateur du CSOS

 

ALI  FKIR : Prof. universitaire retraité, membre fondateur avec M. ABRAHAM SERFATY du mouvement marxiste-léniniste marocain Illal Amam (EN AVANT), ex. syndicaliste du SNESUP-Maroc, militant de l’AMDH (Association Marocaine des Droits Humains) ,  et  membre du  comité national  du parti  la Voie Démocratique (L'héritier d’Illal Amam), ALI FKIR  a passé 17 ans  derrière les barreaux avec ses compagnons.

Le syndicat Marocain l’U.M.T. en bref :

UMT : L’Union Marocaine du Travail, est une organisation syndicale marocaine fondée en mars 1955 à Casablanca avant l’indépendance du Maroc.

www.umt-usf.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans voixdestravailleurs

Commenter cet article